Canal Seine-Nord Europe, Originis retenu pour 3 ans d’actions supplémentaires

La Communauté de Communes de l’Est de la Somme (département 80), a choisi le Cabinet Originis pour mener 3 ans d’actions supplémentaires en faveur d’une Canal Seine-Nord Europe. Désormais, l’objectif n’est pas de concrétiser ce projet, la chose est acquise, mais de trouver les solutions adéquates pour la réalisation de la plateforme trimodale de la ville de Nesle.

Dans le cadre de ses activités de relations publiques, le Cabinet Originis est attentif à l’avancement de ce projet depuis 2006.  Cette mission, confiée par la Communauté de Communes de l’Est de la Somme, (80) consiste à défendre les intérêts de la collectivité pour la réalisation des plateforme de Nesle et de Languevoisin.

Conçu comme le maillon manquant de la liaison fluviale à grand gabarit Seine-Escaut, le Canal Seine-Nord Europe offrira une option plus écologique aux chargeurs qui opèrent dans les grands ports maritimes français (Le Havre, Dunkerque Boulogne-sur-mer…) et dans ceux du Range Nord européen (Zeebrugge, Rotterdam, Anvers, Duisbourg…) sur cet axe saturé de poids lourds.

Le Canal Seine Nord Europe devrait créer 5 000 emplois (en moyenne avec des pics à 8 000 emplois) durant la phase de chantier. 50 000 emplois induits grâce aux quatre voire cinq plateformes logistiques qui jalonnent son tracé : Marquion, Péronne, Noyon, Nesle et Languevoisin (plateforme privée) . A ce jour, le calendrier de l’ouvrage est défini ainsi :

  • lancement des appels d’offres début 2020,
  • début des travaux à la fin du premier semestre 2021,
  • inauguration au second semestre 2028.

D’une longueur de 107 km, reliant Compiègne et le canal Dunkerque-Escaut, le Canal Seine-Nord Europe figure, en France, sur les cartes depuis les années 1990 et sur celle des 30 projets prioritaires du Réseau Trans-Européen de Transport (RTE-T) de l’Union Européenne depuis avril 2004. Sur ce canal, des péniches pourront transporter jusqu’à 4 400 tonnes de marchandises contre 700 aujourd’hui, soit environ l’équivalent de 250 camions. L’impact sur l’environnement sera positif.

Fortement souhaité par l’ex-Premier Ministre, Michel Rocard dès 1981, puis 1988, le Canal Seine-Nord Europe a été relancé en 2011 par Nicolas Sarkozy, alors Président de la République, à Nesle le 5 avril 2011. C’est en 2013, que ce projet change de philosophie par l’abandon du partenariat public-privé (PPP). La mission de reconfiguration confiée par Manuel Vals, Premier Ministre, au Député du Nord, Rémi Pauvros, a revu son coût à la baisse, passant de 7 à 4,5 millards d’euros, après une modification du tracé et en définissant « d’initiative locale » les 4 plateformes : Noyon, Nesle, Peronne et Marquion. Cette mission parlementaire a permis la création de la Société du Canal Seine-Nord Europe.

Au cours de l’été 2017, le gouvernement actuel décidait une « mise en pause », tout comme le projet « Lyon-Turin ». Le jeudi 28 juin 2018, lors d’un déplacement à Lille, le Premier Ministre, Edouard Philippe, a annoncé que la société du Canal Seine-Nord Europe quittera la tutelle de l’état, pour passer sous le contrôle des collectivités locales, financeurs du projet. Désormais, la construction du canal sera pilotée par un « un établissement public local à caractère industriel et commercial » et non plus par le Ministère des Transports.

Ce déplacement avait confirmé que le projet de loi d’orientation sur les mobilités (LOM), prévu à la fin de l’été 2018, créera cet établissement. Cet établissement, appelé Société du Canal Seine-Nord Europe réunit les Régions Hauts-De-France et Ile de France ainsi que les départements du Nord, de l’Oise, du Pas-de-Calais et de la Somme. Enfin ce projet de loi a précisé et confirmé le financement du Canal Seine-Nord Europe. Financement signé par le Président de la République, Emmanuel Macron, le 22 novembre 2019 à Nesle.

Canal Seine-Nord Europe, les interventions des 3 derniers Présidents de la République à Nesle et Noyon, collectivités territoriales qui font confiance au Cabinet Originis :

Nicolas Sarkozy à Nesle, 5 avril 2011

François Hollande à Noyon, 5 avril 2017

Emmanuel Macron à Nesle, 22 novembre 2019